<span>Actualités</span><br />L’immobilier de bureaux ne connaît pas la crise en région !

Actualités
L’immobilier de bureaux ne connaît pas la crise en région !

Le marché immobilier de bureaux à Rennes résiste à la crise

En région, le marché immobilier de bureaux à Rennes résiste bien malgré la pandémie. Lors des 5 premiers mois de l’année 2021, le secteur a même enregistré des chiffres supérieurs à 2020 en PACA et en Rhône-Alpes.

Vers un déséquilibre entre la demande forte et l’offre faible

Au premier trimestre 2021, le secteur de l’immobilier de bureaux a permis à 198 120 m² de trouver preneur en région. Ce chiffre traduit cependant un recul de 2 % sur un an, ce qui est assez limité compte tenu de la conjoncture délétère.

Ce sont surtout les transactions de grandes surfaces supérieures à 5 000 m² qui ont connu le plus fort ralentissement en début d’année avec seulement deux ayant trouvé preneur en 2021 contre cinq en 2020.

Toutes les régions ne sont pas égales. Ainsi les régions PACA et Rhône-Alpes ont même dépassé les chiffres de 2020 sur les 5 premiers mois de l’année et enregistré un nombre de recherches très supérieur à l’offre disponible.

Ainsi, en Rhône-Alpes, pendant que l’offre progresse de 31%, le nombre de recherches croît de 59 %. Idem en Paca où la demande augmente de 62% tandis que l’offre progresse de seulement 25 %.

En Bretagne, la demande a été multipliée par 2,8 en ce début d’année, tandis que l’offre n’a progressé que de 40%. Les perspectives sont donc positives et le marché devrait continuer sa récupération dans les mois à venir.

Le marché de l’immobilier de bureaux est porté par les PME

Actuellement, le marché de l’immobilier de bureaux est soutenu par la demande des PME-PMI qui sont bien ancrées dans leur territoire et qui ont confiance dans l’avenir. Elles profitent des conditions d’emprunt très avantageuses avec des taux de l’ordre de 1 % pour acquérir des surfaces comprises entre 200 et 1 000 m² au maximum.

Dans toutes les régions, la demande a augmenté en moyenne de 45 % sur les cinq premiers mois de l’année en comparaison avec 2020 tandis que l’offre de bureaux à vendre n’a crû que de seulement 28 % en moyenne.

Les grands groupes sont quant à eux en phase de réflexion, notamment concernant le nombre de jours de télétravail à mettre en place et la nouvelle typologie des bureaux afin de déployer le flex office. Cela explique que ce secteur soit en retrait par rapport à celui des PME.

Parallèlement et étonnamment, un recul de 12 % des prix est à noter alors que la demande dépasse largement l’offre et cela est certainement dû à la généralisation du télétravail.

Les régions s’en sortent bien grâce aux stratégies locales de long terme qui ont permis à des écosystèmes forts d’émerger. Comme à Sophia Antipolis et à Nantes qui ont misé sur le digital, Montpellier et à Nantes encore qui ont parié sur la santé ou à Rennes qui s’est spécialisée dans la Cyber sécurité.

On constate également que la demande des PME s’oriente vers des bureaux de qualité avec des services, plus de hauteur sous plafond, un accès aux transports en commun et répondant aux standards internationaux.

Menu