<span>Actualités</span><br />Comment ouvrir une épicerie fine et réussir dans le contexte actuel ?

Actualités
Comment ouvrir une épicerie fine et réussir dans le contexte actuel ?

Ouvrir une épicerie fine à Rennes afin de développer un fonds de commerce

De plus en plus de Français choisissent de travailler à leur compte et certains sont attirés par les commerces de bouche. Les boutiques de première nécessité ont pu rester ouvertes lors des confinements et c’est pourquoi ceux qui souhaitent investir dans un fonds de commerce à Rennes s’intéressent aux épiceries fines.

D’abord, une étude de marché et un business plan

Les commerces de bouche et tout ce qui se rapporte à l’art culinaire et à la nourriture ont la faveur des Français. La France est un grand pays de la gastronomie et la culture de la table y est profondément ancrée. Dans ce cadre et dans le contexte de crise sanitaire, le choix de créer une épicerie fine paraît judicieux dans la mesure où les commerces de première nécessité ont pu rester ouverts à l’opposé des restaurants et autres snacks.

Même si le marché semble présent et culturel, la première étape du projet est de réaliser une étude de marché afin notamment de lister la concurrence dans le quartier, voire dans la ville où le commerce sera établi.

Tous les concurrents directs et indirects (épiceries traditionnelles, boulangeries, traiteurs, etc.) doivent être identifiés ainsi que leurs offres, leurs gammes de prix et leurs approches commerciales. Cela permet de déterminer l’emplacement idéal et donc la zone de chalandise en fonction de la clientèle ciblée et de la concurrence.

À ce sujet, rien n’empêche de s’installer dans le même quartier, voire dans la même rue où se trouvent déjà un ou plusieurs concurrents si la demande est suffisante et pas complètement couverte.

Fort de cette étude de marché, la deuxième étape consiste à réaliser une étude de gestion prévisionnelle (le business plan des startupers) qui est particulièrement importante dans un contexte de concurrence importante comme dans les secteurs des commerces de bouche ou de la restauration.

Cette étude permet de définir les besoins de financements à court et moyen termes en fonction de l’évolution prévue du chiffre d’affaires. Le prix des produits est quant à lui fixé en fonction des marges habituelles pratiquées dans le secteur d’activité, de la qualité des produits et de la clientèle visée.

Une fois les tarifs fixés, cela permet de déterminer le volume des ventes pour couvrir les charges d’exploitation.

Ensuite, trouver un concept et un positionnement

Dans un domaine concurrentiel comme les commerces de bouche, le positionnement est primordial pour se démarquer immédiatement de la concurrence. En effet, il ne s’agit pas de copier intégralement un commerce voisin qui marche bien. Il est nécessaire de trouver un concept et un positionnement originaux.

Le concept d’épicerie fine peut se décliner de nombreuses façons. Il faut donc trouver un positionnement spécifique qui apporte quelque chose qui n’existe pas encore dans la zone de chalandise ;

  • Produits de la gastronomie du monde ;
  • Produits locaux ;
  • Produits bios ;
  • Produits végans et végétariens ;
  • Fromagerie artisanale ;
  • Charcuterie artisanale ;
  • etc.

La gamme de prix est aussi importante et doit correspondre à la clientèle de la zone de chalandise :

  • Produits à bas prix ;
  • Produits de luxe.

Le lancement d’une entreprise nécessite de mettre en place uns stratégie de communication où les réseaux sociaux tiennent aujourd’hui une place importante.

Ainsi, le concept choisi se traduira par le nom de l’épicerie, le logo, la décoration intérieure et la communication qui doivent être en rapport avec celui-ci.

Menu